Mathématiques,  bac S Polynésie 09 /2017 .

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies vous proposant des publicités adaptées à vos centres d’intérêts.






Exercice 1. 6 points.
Un parc d’attraction propose à son public un tout nouveau grand huit. Pour des raisons de sécurité, son accès n’est autorisé qu’aux personnes dont la taille est supérieure ou égale à 1,40 m et dont l’âge est compris entre 10 et 70 ans. Des études statistiques sont menées pour évaluer l’affluence et la satisfaction des visiteurs pour
ce manège. On arrondira, si nécessaire, les probabilités à 10-4.
1.a) La taille en centimètres d’un visiteur du parc, choisi au hasard, est modélisée par la variable aléatoire T qui suit la loi normale d’espérance 165 et d’écart-type 20.
Quelle est la probabilité qu’un visiteur ait la taille requise pour accéder à ce grand huit ?
P(T > 140) = 1 -P(T < 140) =1-0,10565 =0,8944.
b) L’âge d’un visiteur du parc, choisi au hasard, est modélisé par la variable aléatoire X qui suit la loi normale d’espérance 30 et d’écart-type 17.
Quelle est la probabilité qu’un visiteur ait l’âge requis pour accéder à ce grand huit ?
P(10 < X < 70) = P(X < 70) -P(X <10)=0,99069-0,1197 =0,8710.
c) Les études menées permettent d’établir que 89% des visiteurs ont la taille exigée, 87% ont l’âge requis mais 8 % n’ont ni la taille, ni l’âge obligatoires. Quelle est alors la proportion des visiteurs vérifiant les conditions requises pour essayer la nouvelle attraction ?

T > 140
T < 140
Total
10 <X <70
84
3
87
X <10 et X >70
5
8
13
Total
89
11
100

2. Un sondage est réalisé à la sortie du grand huit et révèle que 25% des personnes ont attendu moins de 30 min avant de pouvoir essayer le manège. Parmi elles, 95 % sont satisfaites de l’attraction.
En revanche, 22 % des personnes ayant attendu plus de 30 min ne sont pas satisfaites de l’attraction.
On choisit au hasard un visiteur à sa sortie du grand huit.
On note A l’événement « le visiteur a attendu plus de 30 min » et S l’événement « le visiteur est satisfait de l’attraction ».
a) Montrer que la probabilité qu’un visiteur soit satisfait de l’attraction vaut 0,8225.
b) Le directeur rencontre un visiteur insatisfait. Quelle est la probabilité que ce visiteur ait attendu moins de 30 min ?

3. Le directeur est soucieux de savoir si le temps d’attente, plus important les jours de grande affluence, remet en cause le taux de satisfaction des visiteurs. Pour cela, on interroge 200 personnes au hasard à la sortie du grand huit. Parmi elles, 46 se disent insatisfaites. Le directeur peut-il être rassuré ?

n=200 > 30 ; p = 0,1775 ( proportion d'insatisfaits) ; np = 35,5 > 5 ; n(1-p)=164,5 > 30.
Les conditions sont vérifiées pour établir un intervalle de fluctuation asymptotique au seuil de 95 % de la proportion de visiteurs insatisfaits.
1,96 (p(1-p) / n)½ = 1,96 x(0,1775x0,8225/200)½=0,053.
Intervalle de fluctuation [0,1775-0,053 ; 0,1775+0.053] soit [0,1245 ; 0,2305].
46 / 200 = 0,23, cette valeur appartient à l'intervalle précédent : au risque de 5 %, le directeur est rassuré.

....

.....
Exercice 2. 6 points.
Partie A.
On s’intéresse à l’évolution au cours du temps d’une tumeur composée de cellules cancéreuses.On
note N(t ) le nombre de cellules cancéreuses après un temps t exprimé en semaines et N(0) = N0
le nombre de cellules cancéreuses au premier examen. Pour tout réel t positif ou nul, on admet
qu’il existe un nombre a tel que N(t ) = N0 eat .
1. Des cultures en laboratoire ont montré que le nombre de cellules de la tumeur double en 14 semaines. En déduire la valeur du paramètre a.
2N0 = N0 e14a ; 2=
e14a ; ln2 = 14 a ; a = ln2 / 14 ~0,0495.
2. En arrondissant la valeur de a obtenue, on peut écrire pour tout réel t > 0, N(t ) = N0 e0,05t .
La plus petite tumeur détectable au toucher contient environ 109 cellules. Lorsqu’une tumeur est détectable, on décide d’opérer le patient afin de la retirer. Or, après intervention, il est possible qu’il reste jusqu’à 104 cellules indétectables. En l’absence de suivi médical, au bout de combien de temps la tumeur pourrait-elle redevenir détectable au toucher ?
109=104 e0,05 t ; ln109-ln104 =0,05 t ; t =
ln(105) /0,05 ~230 semaines.
Partie B.
Pour atténuer le risque de récidive, le médecin peut proposer de compléter l’opération par une
chimiothérapie. Lors d’un traitement par chimiothérapie en intraveineuse, la concentration du
médicament dans l’organisme, exprimée en µmol L-1, peut être modélisée en fonction du temps t ,
exprimé en heure, par la fonction c définie sur l’intervalle [0 ;+oo[ par
c(t ) =D / k(1-exp(-kt/80)) où
• D est un réel positif qui représente le débit d’écoulement du médicament dans la perfusion,
exprimé en micromole par heure ;
• k est un réel positif qui représente la clairance du patient, exprimée en litre par heure.
La clairance traduit la capacité interne du patient à éliminer plus ou moins vite le médicament de son organisme. Elle est propre à chaque individu et est inconnue au début du traitement. Il est
nécessaire de la déterminer afin que le médecin puisse adapter le traitement en ajustant le débit D.
1. Détermination de la clairance
Afin de déterminer la clairance, on effectue les mesures suivantes. On règle le débit de la perfusion
sur 112 µmol h-1 ; au bout de 6 heures, on prélève un échantillon de sang du patient et on mesure la concentration du médicament : elle est égale à 6,8 µmol L-1.
a) Justifier que la clairance k du patient est solution de l’équation 112(1-exp(-3k / 80))-6,8 k=0.
c(6)=D / k(1-exp(-6k / 80)) =6,8 ;
112 / k (1-exp(-3k / 40)) = 6,8 ;
112(1-exp(-3k / 40))-6,8 k=0.
b) Démontrer que cette équation admet une unique solution sur l’intervalle ]0 ;+oo[.
On note f(x) =
112(1-exp(-3x / 40))-6,8 x.
f '(x) = 112 x3 / 40
exp(-3x / 40)-6,8 = 8,4exp(-3x / 40)-6,8.
f '(x) = 0 pour  :
exp(-3x / 40) = 6,8 / 8,4= 17 / 21
x = -40 / 3 x ln (17 / 21) ~2,82.
f '(x) >0 si x < 2,82 : f(x) strictement croisante sur [0 ; 2,82[.
f '(x) < 0 si x > 0,282 ; f(x) strictement décroissante sur ]2,82 ; +oo [.

D'après ce tableau de variation, l'équation proposée admeet une seule solution sur ]0 ; +oo[.
c) Donner une valeur approchée à 10-2 de cette solution. Interpréter ce résultat.
x
5
5,8
5,85
5,9
f(x)
1,02
0,07
0,00
-0,07
Pour une clairance de 5,85 L h-1 et un débit de 112 µmol L-1, la concentration du médicament est de 6,8 µmol L-1 au bout de 6 heures.




2. Réglage du débit
a) Déterminer la limite l de la fonction c en +oo en fonction du débit D et de la clairance k.
c(t ) =D / k(1-exp(-kt/80))
k étant positif, quand t tend vers l'infini :
-kt / 80 tend vers moins l'infini et en conséquence
exp(-kt/80) tend vers zéro.
l = D / k.
b) La concentration du médicament dans le sang se rapproche rapidement de sa limite l.
Pour que le traitement soit efficace sans devenir toxique, cette concentration limite doit être de 16 µmol.L-1. En déduire le débit D, à régler par le médecin, lorsque la clairance du patient est de 5,85 L.h-1.

16 = D / 5,85 ; D = 16 x5,85 = 93,6 µmol h-1.










Exercice 3. 3 points.
On rappelle que pour tout réel a et tout réel b, cos(a -b) = cos(a)cos(b)+sin(a)sin(b).
Le plan est rapporté à un repère orthonormé direct. On considère la droite D d’équation y = -x+2.
1. Montrer que si le réel µ appartient à l’intervalle ]-p/4 ; 3p/4 [ , alors cos(q-p/4)>0.
-p/4 < q < 3p/4 ; -p/4 -p/4 < q -p/4 < 3p/4 -p/4 ;
-p/2 < q -p/4 < p/2  ; donc cos(q-p/4)>0.
2. Soit M un point du plan complexe d’affixe z non nulle. On note r =|z| le module de z et q= arg(z) un argument de z ; les nombres r et q sont appelés coordonnées polaires du point M.
Montrer que le point M appartient à la droite D si et seulement si ses coordonnées polaires sont liées par la relation :
r = 2½ / cos(q-p/4).
z = x + iy = r (cosq +i sin q) avec -p/4 < q < 3p/4.
cos(q-p/4) = cos(q)cos(p/4)+sin(q)sin(p/4)= 2½ / 2 (cosq + sin q).
M ( x ;y) appartient à la droite D : y = -x+2 soit x + y = 2.
x = r cos q ; y = r sin q ; 2 =  r (sin q + cos q  ) = 2r / 2½ cos(q-p/4).
r = 2½ / cos(q-p/4).
Réciproquement on suppose que r = 2½ / cos(q-p/4).
cos(q-p/4) =2½ ; 2½ / 2(cosq + sin q)=2½ ;
(cosq + sin q) = 2 soit x +y = 2.  Donc M appartient à la droite D.
3. Déterminer les coordonnées du point de la droite D le plus proche de l’origine O du repère.
La distance OM est minimale si OM2 est minimum.
OM2 = x2 +y2 = x2 +(-x+2)2 = 2x2-4x+4= 2(x2-2x+2).
x2-2x+2, polynome du type ax2+bx+c,  admet un minimum pour x = -b / (2a) = 2 /2 =1. Par suite y = -x+2=1.
Le point M (1 ; 1) de la droite D est le plus proche de l'origine.

Exercice 4. 5 points.
On s’intéresse à une population de tortues vivant sur une île et dont le nombre d’individus diminue de façon inquiétante.
Partie A.
Au début de l’an 2000, on comptait 300 tortues. Une étude a permis de modéliser ce nombre de tortues par la suite (un) définie par :
u0 = 0,3 et un+1 = 0,9un(1-un)
où pour tout entier naturel n, un modélise le nombre de tortues, en milliers, au début de l’année 2000+n.
1. Calculer, dans ce modèle, le nombre de tortues au début de l’année 2001 puis de l’année 2002.
u1=0,9 u0(1-u0)=0,9 x0,3(1-0,3)=0,189. ( 189 tortues )
u2=0,9 u1(1-u1)=0,9 x0,189(1-0,189)~0,138. ( 138 tortues ).
2. On admet que, pour tout entier naturel n, un et 1-un appartiennent à l’intervalle [0 ;1].
a) Montrer que, pour tout entier naturel n, 0 < un+1 < 0,9un.
0 < un < 1 ; 0 < 1-un < 1 ; on multiplie les trois membres par un > 0.
0 < un(1-un) < un ; 0 < 0,9 un(1-un) < 0,9 un ; 0 < un+1 < 0,9un.
b) Montrer que, pour tout entier naturel n, 0 < un < 0,3 x0,9n.
Initialisation : 0 < u0 < 0,3 x0,90. La propriété est vraie au rang zéro.
Hérédité. La propriété est supposée vraie au rang p : 0 < up < 0,3 x0,9p.
0 < up+1 < 0,9up ; 0 < up+1 < 0,9 x0,3 x0,9p ; 0 < up+1 < 0,3 x0,9p+1 .
La propriété étant vraie au rang p+1, elle est héréditaire.
Conclusion : la propriété est vraie au rang zéro et héréditaire, donc 0 < un < 0,3 x0,9n.
c) Déterminer la limite de la suite (un). Que peut-on en conclure sur l’avenir de cette population de tortues ?
-1 < 0,9 <1, donc 0,9n tend vers zéro quand n tend vers l'infini.
0 < un < 0,3 x0,9n. Donc, d'après le théorème des gendarmes, la suite (un) tend vers zéro, quand n tend vers l'infini.
Les tortues vont toutes disparaître.
3. Des études permettent d’affirmer que, si le nombre de tortues à une date donnée est inférieur au seuil critique de 30 individus, alors l’espèce est menacée d’extinction.On souhaite qu’à la fin de son exécution, l’algorithme ci-dessous affiche la dernière année avant laquelle il reste au moins 30 tortues. Recopier et compléter l’algorithme afin qu’il satisfasse cette exigence.
Variables : u est un réel
n est un entier naturel
Traitement : u prend la valeur 0,3
n prend la valeur 0
Tant que u >0,03 faire :
n prend la valeur n+1
u prend la valeur 0,9u(1-u)
Fin Tant que
Sortie : Afficher n-1.

Partie B
Au début de l’année 2010, il ne reste que 32 tortues. Afin d’assurer la pérennité de l’espèce, des actions sont menées pour améliorer la fécondité des tortues. L’évolution de la population est alors modifiée et le nombre de tortues peut être modélisé par la suite (vn) définie par :
v10 =0,032 et vn+1 = 1,06 vn(1-vn)
où pour tout entier naturel n > 10, vn modélise le nombre de tortues, en milliers, au début de l’année 2000+n.
1. Calculer le nombre de tortues au début de l’année 2011 puis de l’année 2012.
v11 = 1,06 v10(1-v10) =1,06 x0,032 (1-0,032) =0,03283456 ( environ 33 tortues).
v12 = 1,06 v11(1-v11) =1,06 x0,03283 (1-0,03283) =0,03366 ( environ 34 tortues).
2. On admet que, dans ce modèle, la suite (vn) est croissante et convergente. On appelle l sa limite. Montrer que l vérifie :
l=1,06 l(1-l).
Quand n tend vers l'infini : vn tend vers l ; 1-vn tend vers 1-l ; 1,06 vn(1-vn) tend vers
l=1,06 l(1-l).
vn+1 tend vers l ; la limite étant unique :
l=1,06 l(1-l).
3. La population de tortues est-elle encore en voie d’extinction ?
La suite est croissante et v10 = 0,032; vn > 0,032 pour tout n > 10.
Il y aura donc au moins 32 tortues au delà de l'année 2010. La population n'est plus en voie d'extinction.



  

menu