Physique  chimie, Brevet Polynésie 09 /2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies vous proposant des publicités adaptées à vos centres d’intérêts.





Les algues, matériaux du futur.
Les algues sont la source de matériaux innovants et écologiques grâce aux différentes espèces chimiques qu’elles contiennent.
On peut, par exemple, créer des parois gélifiées à partir d’alginates provenant des algues pour fabriquer des billes renfermant une solution potable, ce qui pourrait un jour remplacer les bouteilles en plastique.
Nous nous intéressons à la fabrication de ces billes et au poids de la solution contenue dans une bille.
Dans le contexte de cette épreuve, le terme « solution » désigne un mélange constitué d’eau et d’espèces chimiques dissoutes.
Étapes de la fabrication des billes (19 points)
Étape 1 : Dissolution de l’alginate de sodium dans l’eau
1.1 L’alginate de sodium est une espèce chimique comestible et soluble dans l’eau. Elle a pour formule chimique C6H7O6Na.
1.1.1 Préciser le nombre d’atomes d’oxygène dans cette formule chimique.
6 atomes d'oxygène.
1.1.2 Le numéro atomique de l’atome d’oxygène est Z = 8, cela signifie qu’il comporte 8 protons.
Indiquer le nombre d’électrons présents dans un atome d’oxygène.
Un atome d'oxygène compte 8 électrons.
1.2 Pour préparer la solution d’alginate de sodium, on verse 8 g d’alginate de sodium solide dans 100 g d’eau et on mélange jusqu’à la dissolution complète. On mesure la masse m de la solution obtenue, on obtient m = 108 g.
Interpréter ce résultat expérimental en raisonnant sur l’évolution de la masse au cours de la dissolution.
Au cours de la dissolution la masse reste contante ; la masse de la solution est égale à la masse de l'eau ajoutée à la masse du solide dissout.

Étape 2 : Solidification de la solution d’alginate de sodium
2. Pour obtenir des billes de grande taille, on place la solution d’alginate de sodium au congélateur. Après plusieurs heures, elle devient solide.
Indiquer, en le justifiant, si la solution d’alginate de sodium subit une transformation chimique ou une transformation physique.
Le passage d'un liquide au solide  ( solidification ) est une transformation physique ( changement d'état physique ).

Étape 3 : Création de la paroi gélifiée de la bille
L’étape finale de la production de ces billes consiste à faire réagir des ions alginate de formule C6H7O6- avec l’élément calcium sous la forme Ca2+ pour former une paroi gélifiée d’alginate de calcium de formule chimique C12H14O12Ca.
L’équation de la réaction permettant de modéliser cette étape s’écrit :
2
C6H7O6- + Ca2+C12H14O12Ca.
3.1 Donner la formule chimique de chacun des réactifs.
C6H7O6- et Ca2+ .
3.2 Recopier la phrase suivante en choisissant dans chaque cas, parmi les deux termes proposés en gras, celui qui convient, et en complétant la fin de la phrase.
Lors de la transformation chimique,  deux ion(s) alginate réagi(ssen)t avec un ion calcium pour former un solide l'alginate de calcium.





...
...
 


Poids de la solution contenue dans une bille (6 points)
Dans cette partie, on s’intéresse au poids de la solution d’alginate de sodium contenue dans la bille figurant sur la photo.

4. Déterminer la valeur du poids de la solution d’alginate de sodium contenue dans la bille figurant sur la photo, à l’aide des données suivantes :
 Les photos sont à l’échelle 1/2 : 1 cm sur la photo représente 2 cm en réalité.
 La masse volumique de la solution d’alginate de sodium a pour valeur 1,1 g/cm3.
 L’intensité de la pesanteur a pour valeur g = 9,8 N/kg.
 Si besoin, le segment gradué ci-joint est utilisable.
Diamètre de la bille sur la photo : 2 cm ; diamètre réel : D = 4 cm soit R = 0,5 D = 2 cm.
Volume de la bille : V = 4 / 3 pR3 = 4 / 3 x3,14 x23 = 33,51 cm3.
Masse de la bille : m = volume  x masse volumique = 33,51 x 1,1 = 36,86 g.
Poids p = m g = 36,86 10-3 x9,8 ~0,36 N.







SVT. Le Chikungunya
Document 1 : extrait d’une affiche de prévention contre la propagation du chikungunya affichée dans un aéroport (d’après l’A.R.S.)
Lors de vacances à l’étranger, Laura découvre cette affiche à sa descente de l’avion, à l’intérieur de l’aéroport, qui donne deux recommandations :

Question 1. À l’aide du document 1, pour chacune des recommandations de l’affiche, émettre une hypothèse sur la raison de cette recommandation.
Il faut éviter de se faire piquer par les moustiques.
Les répulsifs les éloignent, la moustiquaire constitue une barrière, le port de vétements longs découvrent très peu la peau.

Document 2 : l’origine du chikungunya
Le chikungunya est une maladie provoquée par un agent infectieux : un virus nommé CHICKV. Il est transmis à l’être humain par un vecteur : le moustique tigre (Aedes albopictus).
La maladie s’est d’abord propagée principalement en Asie du Sud et en Afrique. En 2005, une importante épidémie de chikungunya a touché les îles de l’Océan Indien, et notamment, l’ile de La Réunion, avec plusieurs centaines de milliers de cas déclarés. En 2007, la maladie a fait son apparition en Europe, où le moustique tigre s’est établi. […]. Fin 2013 et en 2014, le chikungunya s’est propagé aux Antilles et a atteint le territoire américain.
Question 2. À l’aide du document 2, donner le nom du vecteur, la nature de l’agent infectieux, et le nom de l’agent infectieux du Chikungunya.
Le vecteur, le moustique tigre,  transmet un virus nommé CHICKV.

Document 3 : le cycle de vie du moustique de l’espèce Aedes albopictus qui véhicule le Chikungunya source : EID Atlantique
Ce cycle dure une semaine si les températures sont favorables. (Repas sanguin = piqûre).


Question 3. A l’aide des documents 3 et 4, justifier la recommandation de ne laisser à l’extérieur aucun récipient qui pourrait contenir de l’eau stagnante.
L'adulte pond essentiellement dans les réserves naturelles ( bidons, cuves stockant de l'eau ) et, dans une moindre mesure, dans les petits déchets ( boîtes, pneux usagés.... ) . La ponte est très faible dans les gites naturels ( mares, feuilles, racines ).
En supprimant toute réserves d'eau stagnante  ( récipients se trouvant à l'extérieur), on supprime près de 90 % des endroits où le moustique tigre peut se reproduire.