Acide lactique, physique et course à pied, bac ST2S Métropole 2017 .


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies vous proposant des publicités adaptées à vos centres d’intérêts.





La course à pied est l’un des meilleurs moyens de s’entretenir physiquement.
La chimie et la physique apportent des réponses aux questions que peut se poser le coureur.
Exercice 1(7,5 points) : Quel sucre pour s’alimenter et que devient-il pendant l’effort ?
1. Le glucose et le fructose ont les formules semi-développées suivantes :

1.1 Déterminer la formule brute de ces deux molécules.
C6H12O6.
1.2 Expliquer pourquoi ces deux molécules sont isomères.
Ces molécules ont la même formule brute et des formules semi-développées différentes.
1.3 Nommer la molécule qui possède le groupe caractéristique d’un aldéhyde et représenter ce groupe.

2. Une solution aqueuse de glucose réagit avec le réactif de Fehling de couleur bleue.
Décrire par un schéma annoté ce test de caractérisation du glucose par le réactif de Fehling.

3. Un sportif prépare trois jours avant son marathon, un bidon d’un volume de 1,0 L d’une solution aqueuse de glucose de concentration C égale à 0,20 mol.L-1. Calculer la masse m de glucose dont ce sportif a besoin pour préparer cette solution.
Donnée : Masse molaire du glucose : M = 180,0 g.mol-1.
 n = 0,20 mol ; m = n M=0,20 x180 = 36 g.
4. Expliquer pourquoi ce sportif privilégie une boisson au glucose plutôt qu’au fructose.
Le muscle assure ses réserves en glycogène uniquement à partir de glucose, en effet le fructose ne peut pas pénétrer dans le muscle faute de récepteurs.
Le sportif ne court pas pour maigrir. Il a besoin de stocker de l'énergie pour le jour de la course.
5. Lors de l’effort sportif, le glucose est dégradé par l’organisme en acide pyruvique. Selon les conditions d’oxygénation, l’acide pyruvique sera dégradé à son tour soit en dioxyde de carbone et en eau (milieu aérobie), soit en acide lactique (milieu anaérobie). Dans la suite, on s’intéresse à la transformation de l’acide pyruvique en acide lactique suite à une oxygénation insuffisante.
5.1 Préciser, à l’aide des formules semi-développées, l’origine du caractère acide de ces deux molécules.

5.2 L’acide lactique possède un atome de carbone asymétrique. Recopier cette molécule et repérer par un astérisque l’atome de carbone asymétrique.

5.3 Expliquer le caractère asymétrique de cet atome de carbone.
Un atome de carbone asymétrique est lié à 4 atomes ou groupes d'atomes différents.
5.4 Nommer la propriété que donne la présence de cet atome de carbone asymétrique à la molécule.
Une molécule possédant un atome de carbone asymétrique est chirale.
5.5 L’acide pyruvique se transforme en acide lactique en milieu insuffisamment oxygéné.
On donne la demi-équation correspondant au couple oxydant réducteur acide pyruvique/ acide lactique (CH3 -CO-COOH/ CH3 -CHOH-COOH) :
CH3 -CO-COOH + 2 H+ + 2 e- = CH3 -CHOH-COOH
L’acide pyruvique subit une réduction lorsqu’il se transforme en acide lactique. Proposer une explication.
L'acide pyruvique gagne des électrons, c'est un oxydant qui se reduit.
....

.....
Exercice 2.(5 points) : Comment déterminer sa lactatémie (concentration sanguine en acide lactique) ?
Lorsque l’intensité de l’effort augmente, une oxygénation insuffisante entraîne une augmentation de la concentration en acide lactique dans le sang.
Deux allures de course permettent de programmer des entraînements spécifiques plus efficaces.
L’allure de course nommée « endurance », également appelée « seuil aérobie » correspond à une concentration sanguine en acide lactique comprise entre 2 mmol.L-1 et 4 mmol.L-1.
L’allure de course nommée « endurance active », également appelée « seuil anaérobie » correspond à une concentration sanguine en acide lactique supérieure à 4 mmol.L-1.
Un sportif s’entraînant à la vitesse 10 km.h-1 souhaite savoir si cette vitesse correspond à une allure de course « endurance » ou « endurance active ». On réalise le test suivant sous contrôle médical.
• On effectue un prélèvement sanguin dont le volume V vaut 1,0 mL.
• On acidifie le prélèvement sanguin pour transformer tous les ions lactate en acide lactique.
• On en extrait le précipité d’acide lactique CH3 -CHOH-COOH. Celui-ci est alors dissous dans de l’eau et on obtient une solution d’acide lactique de concentration Ca et de volume Va = 50,0 mL.
On réalise alors un dosage de cette solution de volume Va égal à 50,0 mL par une solution aqueuse de soude (Na+ + HO-) de concentration Cb égale à 2,0 × 10-4 mol.L-1.
1. Écrire l’équation de la réaction chimique qui a lieu lors du dosage de l’acide lactique par l’ion hydroxyde HO-. La base conjuguée de l’acide lactique est l’ion lactate CH3 -CHOH-COO-.
CH3 -CHOH-COOH +HO- ---> CH3 -CHOH-COO- +H2O.
2. On utilise pour ce dosage le montage suivant. Donner sur la copie, le nom de chaque élément numéroté.






3. Montrer sur le graphique , grâce à la méthode des tangentes, que le volume de solution de soude versé à l’équivalence VbE vaut 12,5 mL.

4. À l’équivalence, on a la relation suivante : Ca × Va = Cb× VbE.
4.1 Déduire de cette relation l’expression littérale de la concentration Ca.
Ca  = Cb× VbE Va.
4.2 Vérifier par le calcul que la concentration Ca est égale à 5,0 × 10-5 mol.L-1.
Ca = 2,0 10-4 x12,5 / 50,0 =
5,0 × 10-5 mol.L-1.
4.3 Montrer que la concentration en acide lactique C dans le prélèvement sanguin est égale à 2,5 × 10-3 mol.L-1 en tenant compte des conditions expérimentales.
5,0 × 10-5  x 0,050 = 2,5 10-6 mol d'acide lactique dans 1 mL de sang.
Soit 2,5 10-6 / 10-3 = 2,5 10-3 mol/L d'acide lactique par litre de sang.
4.4 Prévoir que le sportif n’a pas encore atteint son seuil d’anaérobie.
Donnée : 1mmol.L-1 = 1×10-3 mol.L-1.
2,5 10-3 mol/L  = 2,5 mmol d'acide lactique par litre de sang.
Cette valeur est
comprise entre 2 mmol.L-1 et 4 mmol.L-1. Le seuil d'aérobie est atteint.
Cette valeur est inférieure à 4 mmol.L-1. Le seuil d'anaérobie n'est pas atteint.










Exercice 3 : Comment la physique vient-elle au service de la course à pied ?
1. Les revues spécialisées font de plus en plus la promotion de la foulée dite naturelle ou « attaque médio-pied » qui consiste à attaquer le sol non pas du talon mais de l’avant du pied. Cette gestuelle a l’avantage de diminuer l’effet traumatisant des impacts répétés en profitant de l’élasticité de la cheville. Pour désigner cette technique, on parle aussi de « foulée légère ».
En effet, les traces laissées au sol (par exemple dans du sable ou de la terre meuble) sont moins marquées quand on utilise cette foulée.
1.1 On peut estimer la surface de l’avant du pied Sa à environ 100 cm2 et la surface du talon St à environ 30 cm2. L’intensité de la force pressante F exercée sur le sol est de 1000 N.
Calculer les pressions pa et pt correspondant aux deux types de foulée.
Donnée : 1 cm² = 10-4
pa = F / Sa = 1000 / (100 10-4)=1,0 105 Pa.
pt = F / St = 1000 / (30 10-4)~3,3 105 Pa.
1.2 En comparant les deux pressions, expliquer l’emploi de l’expression « foulée légère »
pa < pt , dans la foulée légère, les effets sur les articulations sont plus faibles.
Certains coureurs utilisent une poche à eau contenue dans leur sac à dos et pourvue d’un long tuyau qui sort du sac dans lequel le coureur aspire pour se réhydrater.
« Toute activité physique s’accompagne d’une perte d’eau via la transpiration donnant la sueur et la respiration. Il est donc important de compenser ces pertes. Un coureur perd environ 1 litre d’eau par heure pour les footings à allures lentes et jusqu’à 2,5 litres par heure pour des allures de courses élevées, pour une même température extérieure. Ces pertes sont accentuées par des températures extérieures élevées [...] Pour éviter une surcharge pondérale dans l’estomac, il est important de boire par petites quantités, souvent répétées. […] Cela réduit les difficultés de digestion et permet une meilleure absorption du liquide. »
D’après http://www.conseils-courseapied.com/entrainement/nutrition-sportive/hydratation-du-coureur-a-pied.html
2.1 Un coureur se prépare pour un jogging lent d’une durée de 2 h 30. Il ne fait pas trop chaud. En s’aidant du texte, déterminer le volume d’eau minimal à emporter en prenant en compte les conditions de ce jogging.
2,5 L d'eau pour une course à allure lente.
2.2 Pour conserver une bonne oxygénation, il souhaite que la durée de l’ingestion d’un volume V de 50 mL d’eau soit inférieure à une durée Δt de 2,0 s.
2.2.1 Rappeler la relation entre le débit D (en m3.s-1), le volume V (en m3) et la durée Δt (en s).
D = V / Dt.
2.2.2 En déduire que le débit minimal D permettant de satisfaire cette condition vaut 2,5 × 10-5 m3.s-1.
Donnée : 1 mL = 1×10-6 m3.
D = 50 10-6 / 2,0 = 2,5 × 10-5 m3.s-1.
2.3 L’écoulement n’est possible que si le sportif aspire. La pression au niveau de sa bouche est plus faible qu’à l’autre extrémité du tuyau située sur la poche à eau.
2.3.1 En déduire que la valeur de la perte de charge Δp le long de l’écoulement est égale à 2,5 × 102 Pa.
Données : Résistance hydraulique du tuyau : R = 1,0 × 107 Pa.s.m-3.
Dp = R D = 1,0 107 x2,5 10-5 = 2,5 × 102 Pa.
2.3.2 On précise qu’un être humain crée facilement une dépression égale à 1,0 × 104 Pa en aspirant. Justifier que le coureur pourra facilement ingérer son volume d’eau en deux secondes.
1,0 × 104 Pa est bien supérieur à 2,5 × 102 Pa.

2.4 En réalité la dépression nécessaire est bien supérieure à celle évoquée à la question précédente.
Expliquer l’intérêt d’équiper les poches à eau d’une poire en caoutchouc.
On presse la poire avec la main pour ejecter l'eau, ce qui ne perturbe pas la respiration du sportif.
3. Le sportif enregistre sa séance grâce à sa montre connectée équipée d’une fonction GPS. Il pourra ensuite consulter de nombreuses données et statistiques sur l’internet.
Le système GPS permet à un récepteur de déterminer sa position en recevant des informations émises par des satellites en orbite autour de la terre. Ces informations sont transmises sous forme d’ondes électromagnétiques invisibles pour l’oeil humain. Leur fréquence ν vaut 1575 MHz. Plusieurs domaines de longueur d’onde sont représentés sur le schéma ci-dessous et correspondent à des types d’ondes électromagnétiques différents.
3.1 Calculer la longueur d’onde λ des ondes émises par le satellite.
l = c / n = 3,0 108 /(1575 106)=0,19 m.
3.2 Attribuer à chaque domaine A, B et C le type d’onde électromagnétique correspondant (visible, infrarouge, ou ultraviolet).

3.3 Prévoir que ces ondes sont invisibles pour l’oeil humain.
Seules les ondes de longueur d'onde comprise entre 400 et 800 nm sont visibles pour l'oeil humain.



  

menu